7 histoires courtes autour du "Halfpenny" britannique

Temps de lecture : 6'47"

Paul Sandby - Conway Castle

Illustration : "Conway Castle" par Paul Sandby (1789)

Le demi-penny britannique (Halfpenny en anglais et de son petit nom “Ha’penny”) a eu une double vie. Il ne trompait pas son monde mais fut toutefois émis deux fois à des périodes différentes.

En effet, il faut distinguer le “halfpenny” pré-décimal, frappé avant que le système monétaire du Royaume-Uni ne devienne décimal en 1969, du “halfpenny” décimal, frappé de 1971 à 1984, année au cours de laquelle il disparaît totalement de la circulation.




On peine à dater exactement l’apparition du demi-penny pré-décimal. Les différentes sources s’accordent toutefois sur une frappe “courante” sous le règne d'Edouard Ier vers la fin du XIIIème siècle même s’il semblerait qu’il y eut des émissions sous Henri I, au début du XIIème siècle.

Si la version “pré-décimale” a circulé longuement, plus de 6 siècles durant, sa petite soeur, la version “décimale”, ne survécut que 13 ans avant de disparaître (littéralement) de la circulation.

Voici quelques courtes anecdotes parfois surprenantes que vous ignoriez peut-être à propos du “halfpenny”.

I - MERLIN, PROPHÈTE DE LA MONNAIE RONDE

Merlin and the Knight

L’histoire, la légende et la politique économique se trouvent parfois étrangement mêlées.

En effet, il se trouve qu’une des plus violentes révoltes des gallois contre l’Angleterre, menée en 1281 par le prince de Galles Llewelyn contre le roi Edouard Ier semblerait puiser son origine, ou tout au moins son déclencheur, dans les premières émissions d'“half-pennies” que Merlin lui-même auraient annoncées :

 

“Les hommes à passions exaltées pèsent rarement les conséquences qui résultent du plaisir de se venger; mais dans la circonstance présente, leurs espérances prirent une nouvelle vigueur, par une folle confiance dans une ancienne prédiction attribuée à Merlin, qui annonçait que, lorsque la monnaie anglaise deviendrait circulaire, le prince de Galles serait couronné à Londres. Edouard avait récemment émis une nouvelle monnaie ronde, de half-pennies (demis-sous) et de farthings (quarts de sous) (...) : d’où l’on conclut sagement que la prédiction du prophète était sur le point de s’accomplir.”

“Histoire d'Angleterre, depuis la première invasion des Romains, Volume 3” de John Lingard

II - MON NOM EST DEMI-PENNY

Mon royaume pour un demi-loyer !

Le nom de famille “Halfpenny”, sous différentes formes (Halpeny, Halfpanny, Halfepenny…), est relativement courant en Grande Bretagne. On trouve même un joueur de rugby gallois (décidément), Leigh Halfpenny, qui porte ce patronyme.

Il a pour origine le surnom donné au locataire devant régler un loyer d’un demi-penny.

Pour l’anecdote, avant les premières émissions régulières sous Edouard Ier, le règlement se faisait d’une manière simple (et légale) : on coupait littéralement une pièce de 1 penny en deux afin de pouvoir payer un montant inférieur à la plus petite monnaie existante.

III - CECI N’EST PAS UN JEU DE PAUME

Cette modeste mais non moins persistante monnaie a également laissé son nom… à un jeu de pub anglais nommé le “Shove Ha’Penny”.


British Workers Guard Their Work- Civilian Firefighters, England, 1941 D4362

Illustration : "Un groupe de pompiers volontaires joue aux fléchettes et à Shove Ha'Penny pour passer le temps pendant leur garde." - Ministry of Information Photo Division Photographer


Sorte de billard manuel, joué avec 5 pièces d’un demi-penny, il consiste, d’un mouvement de la paume, à envoyer la pièce de monnaie sur le plateau, entre des lignes horizontales qu’elle ne doit pas chevaucher.

IV - UNE MONNAIE PRÉVOYANTE

Cette même monnaie semble également avoir donné son nom à une des premières associations de prévoyance ayant vu le jour en Angleterre (loi de 1793).

 

“(...) Sir John Sainclair, dans la statistique de ce royaume, parle d’un club établi à Galston, dans le compté de Ayr, sur des principes bien simples. Cette association est connue sous le nom de “Penny or half-penny Club”. Il est composé de 50 membres, et n’a aucun fonds qui puisse être diverti. Quand un des membres est retenu au lit par maladie, chacun lui donne 1 penny (un sol) par semaine. Quand il n’est qu’empêché de travailler, et qu’il peut sortir, la contribution des autres membres n’est que d’un demi-sol (half-penny).”

“État des Pauvres, ou histoire des classes travaillantes de la société en Angleterre” de Sir Frederick Morton Eden et le Duc François Alexandre Frédéric de la Rochefoucauld Liancourt

V - QUE DE TRANSPORTS POUR UNE SI MENUE MONNAIE

Ambergate, Halfpenny Bridge, Derbyshire, England

Illustration : "Ambergate, Halfpenny Bridge, Derbyshire, Angleterre" - Detroit Publishing Company, 1905

Un pont entre deux pennies

Le demi-penny donne également son nom à des sites plus ou moins connus tels que le pont “Ha’penny (ou Halfpenny)” à Dublin, franchissant la rivière Liffey, devant son nom au montant initial du péage dû pour le traverser (on vous laisse deviner le montant en question).

Il en existe d’autres en Angleterre, notamment à Lechlade, Tinsley et Kingston upon Hull.

Une monnaie qui roule


Sortie en Grand-bi des membres de la Société Vélocipédique Métropolitaine de Paris en 1882

Illustration : "Sortie en Grand-bi des membres de la Société Vélocipédique Métropolitaine de Paris en 1882" dans Le Miroir des sports, 2 février 1937


Le “Grand Bi” dit “Penny farthing” (quart de penny) est quant à lui le nom d’un des tous premiers… vélos, conçu à Coventry en Angleterre en 1870 par Rowley Turner et James Starley. Le neveu de ce dernier sera par ailleurs le fondateur de la marque Rover.

Doté d’une grande roue à l’avant et d’une petite roue à l’arrière, il doit donc son surnom à la différence proportionnelle de taille entre le penny et le quart de penny (farthing).



VI - LA VALSE DES MÉTAUX

La composition du demi-penny n’a cessé de changer au cours des siècles.

Au départ, monnaie d’argent, le halfpenny perd un peu de sa superbe à la fin du XVIIème siècle.



 

Grande-Bretagne, Victoria, 1-1/2 Pence, 1842, TTB+, Argent


En 1672, on frappe le premier demi-penny de cuivre.

Puis, de 1685 à 1692, il n’est plus fait que d’étain avec un poinçon de cuivre en son centre, initialement dans le but de donner un coup de pouce à l’industrie de l’étain.

Malheureusement le métal s’use vite et devient instable à basse température.

En 1694, on en revient donc au bon vieux cuivre.

Enfin, en 1860, dernier changement pour la version “pré-décimale”. On réduit la taille de la monnaie et celle-ci est désormais en bronze.

VII - MAIS TOUT CECI N’EST QUE LITTÉRATURE

Enfin, “last but not least”, si vous me passez l’expression, citons les Halfpenny Marvels.

Si vous avez entendu parler des “Penny Dreadfuls”, popularisés de nos jours grâce à la série éponyme, vous ne connaissiez peut-être pas leur petite soeur.

“Halfpenny Marvel” est une revue publiée à partir de 1893 dont le but est de, justement, supplanter les susnommés sur le marché grâce à une littérature plus “authentique et saine” mais encore moins chère.

FOIN DES VRAIS JETONS




Au-delà des demi-pennies, des jetons ont longtemps circulé aux XVIIème, XVIIIème et XIXème siècle. Ce sont les “halfpennies tokens” qui font la joie de certains collectionneurs de par leur originalité et leur diversité. Mais ceci est une autre histoire que nous aurons l’occasion d’évoquer ici-même très prochainement...

Ainsi, des prédictions sibyllines de Merlin, aux jeux, en passant par les ponts et chaussées, la littérature populaire et jusqu’aux noms de famille, cette petite monnaie, qui pourrait sembler anecdotique a laissé une empreinte durable dans la culture populaire britannique.

Elle fut pourtant réputée être l’une des monnaies les plus détestées du royaume à l’ère décimale parce que, en raison de sa petite taille, on la perdait dans les replis de son canapé...


 




SOURCES

Sélection publiée le 10/08/2018
Thèmes de l'article :
Histoire Listes