L’écu de Calonne

Temps de lecture : 4'27"
L’écu de Calonne

Contrairement à ce que pourrait laisser penser la dénomination de cette monnaie de prime abord, Calonne n’est pas le nom du graveur de cet illustre et réputé écu.

Il est en effet celui du non moins illustre et non moins réputé Contrôleur général des finances et ministre d'État français sous Louis XVI, j’ai nommé Charles Alexandre de Calonne, à l’origine de la création de cet écu éponyme.

Voici l’histoire d’une monnaie qui n’aura jamais circulé.

Une époque troublée

Alors que la monarchie jette ses derniers feux en cette fin de l’année 1783, que les finances du royaume sont au plus mal et que le Trésor est au bord de la faillite, Louis XVI fait alors appel au brillant Charles Alexandre de Calonne pour tâcher de remettre de l’ordre dans le chaos.

Voici ce que Louis XVI écrit à propos de celui-ci dans ses mémoires :

 Personne ne fut peut-être plus propre à remplir dans ces temps difficiles, la place de contrôleur général des finances que M. de Calonne. Doué d’un travail facile, d’un génie extraordinairement fécond, lui seul pouvait trouver les ressources que réclamait la France épuisée, moins par les prodigalités de la cour, que par les emprunts multipliés. 

Successeur de Necker, Calonne incarne alors déjà une figure d’opposition doctrinale que nous connaissons encore bien de nos jours : relance contre austérité. Adepte de la première, habile et énergique, il lance de grands travaux, emprunte et engage une grande réforme monétaire dès 1785. Sa détermination à relever les finances du pays semble inébranlable.

 Madame, si c'est possible, c'est fait ; impossible, cela se fera. 

Calonne répondant à une demande de Marie-Antoinette, 1784

Eût-il pu mener ses projets à bien que l’Histoire aurait pu s'en trouver changée et - peut-être - la monarchie aurait-elle duré.

Malheureusement, la réforme fiscale qu’il tente d’engager afin de rééquilibrer l’impôt ne verra jamais le jour. La perspective d’imposer sur le foncier l’aristocratie et l’Eglise entraîne une telle levée de boucliers qu’elle le conduira à sa perte.

Le 9 avril 1787, Calonne rend les armes et son ministère avec.

L’écu de Calonne

L’écu de Calonne

Dans la série des grandes réformes qu'il a en tête, le ministre a en projet un écu argent de 6 livres dont il souhaite se servir pour faire circuler la monnaie.

Monnaie France

Louis XVI, Ecu de Calonne, Ecu, 1786, Paris, TTB, Argent

C'est donc dans ce but qu'il fait réaliser des essais par la Monnaie de Paris au cours de l’année 1786.

Las, il quittera son ministère avant l’achèvement du projet et l’écu de Calonne n’entrera jamais en circulation. 

Un jeune graveur de talent...

Jean-Pierre Droz, jeune graveur suisse, débarque à Paris, alors âgé d'à peine 18 ans. Il commence à se faire connaître en 1783 en tant que médailleur puis propose ses services à la Monnaie de Paris.

France Jeton

Louis XVI, Conseillers du Roi et Notaires, Droz, SUP+, Argent

Et c'est ainsi, qu'alors âgé de 37 ans, il se trouve chargé de réaliser les premiers exemplaires de l'écu de Calonne. Et, indéniablement, la gravure de ces essais démontre son extraordinaire talent.

...Pour un style inégalé

En effet, en sus de sa dimension toute historique, l’écu de Calonne est également remarquable de par sa gravure et doit beaucoup au talent de son créateur.

Monnaie France

Louis XVI, Ecu de Calonne, Ecu, 1786, Paris, Très rare, TTB+

Le profil de Louis XVI, sous forme de buste laurée (il en existe également une version rarissime sans les lauriers), est d’une finesse inégalée et tout bonnement somptueux.

Au revers, sur la plupart des essais, l’on trouve deux L élégamment affrontés sous une couronne, encadrant trois fleurs de lys.

L’écu abandonné a tellement marqué les esprits qu’il fut d’ailleurs refrappé au XIXème siècle, sous la Restauration. 

Variétés & rareté

Comme c’est le cas fréquemment pour les essais, il existe plusieurs variétés de cet écu.

Monnaie France

Louis XVI, Ecu de Calonne, 1786, Paris, Essai en Or, SUP+, Or

A ce jour on ne connaît qu’un seul exemplaire d’une version or de l’écu (rappelons qu'à l'origine le projet est un écu argent).

Monnaie France

Louis XVI, Ecu de Calonne, 1786, Paris, Epreuve sur flan bruni

Sur cette version en argent, en frappe médaille sur flan bruni*, seul l’avers est finalisé. 

*Pour les néophytes, une frappe médaille indique que le revers n’est pas à l’envers par rapport à l’avers lorsqu’on tourne la monnaie. Le flan bruni indique qu’on a procédé à un polissage des flans et des coins pour obtenir un effet “miroir” sur la pièce de monnaie.

Nous nous concentrons par ailleurs souvent sur le revers et l’avers, mais ici la tranche n’est pas en reste.

En effet, on distingue deux frappes de cet essai, une à 6 viroles* et l’autre à 3. Et donc, pour la frappe originale de l'écu, celle-ci était divisée en 6, permettant d’inscrire une légende sur la tranche.

Monnaie France

Louis XVI, Ecu de Calonne, Ecu, 1786, Paris, SUP, Argent

*Toujours pour les néophytes, la virole, c’est le coin qui encadre le diamètre de la monnaie lors de sa frappe et donc sa tranche. Elle est divisée en plusieurs parties pour venir encadrer la future monnaie. La monnaie en illustration ci-dessous donne quelques explications.

Monnaie France

Directoire, Essai de frappe par Tournu, 5 Francs, 1797, Paris

Une rareté exemplaire

Inutile de vous dire que les exemplaires de cette splendide monnaie d’essai sont extrêmement rares, voire uniques, et souvent très recherchés, que ce soit pour leur rareté, leur dimension historique ou encore pour leur état de conservation.

 

A noter qu’il existe également, pour les petites bourses, des copies et reproductions sous forme de médailles reprenant la gravure du mythique écu (beaucoup plus récents, forcément).

France Medal

Copie de l'Écu de Calonne, Louis XVI, History, 1989, Droz, SUP

 

Iconographie : 

  • Portrait de Calonne par Élisabeth-Louise Vigée-Le Brun (1784)
  • "L'archiduchesse Marie-Antoinette d'Autriche, future reine de France", pastel sur parchemin par Joseph Ducreux (1769)

 

Sources :

Sélection publiée le 17/03/2022