Mythique Mysie

Temps de lecture : 5'11"
Grèce antique Vème siècle avt.J-C.

En des temps très anciens, des siècles avant l’arrivée de Jésus-Christ, alors que la civilisation grecque brille de mille feux et que ses cités sont riches et nombreuses, l’on trouve en Asie Mineure, sur les rivages de la bleue Propontide (future mer de Marmara), la Mysie. 

Les frontières, la nature de son peuple et ses cités fluctuent au cours des siècles et les textes sont parfois contradictoires. Nous nous arrêterons ici sur l’époque archaïque et l’époque classique naissante de deux de ses cités, aux Vème et VIème siècles avant notre ère. 

En effet, souvent éclipsées par leur prolifique voisine, la Lydie, les cités de Lampsaque et Cyzique sont pourtant remarquables en termes d’émissions monétaires. Prolifiques et imaginatives, à l’image des monnaies de l’époque, on y trouve moultes sujets à l’avers, le plus souvent mythologiques ou en référence aux dieux (grecs, bien entendu).

 

Le statère

Les toutes premières monnaies nous viennent justement d’Asie Mineure et les tous premiers statères furent émis par la Lydie vers 600 av. J.-C..

Le roi lydien Alyattès y établit alors une valeur stable pour les statères en électrum  (alliage naturel d’or et d’argent) avec leur valeur équivalente en blé. 

Monnaie Lydie

1/3 Statère, Before 546 BC, Sardes, "Collection Docteur F."

C’est le fils de celui-ci, le célèbre Crésus, qui passera au bimétallisme or et argent (l'électrum ayant des proportions or/argent trop variables).

Pour le statère d’argent, il vaut ensuite 2 à 4 drachmes selon les périodes. Pour le statère d’or, qui devient vite valeur étalon dans les régions hellénisées, il vaut deux drachmes d'or pour un poids de référence de 8,60 grammes, soit 20 à 28 drachmes d'argent.

Monnaie Ionie

Phocée, Hecté, 478-387 BC, Rare, SUP, Electrum, Bodenstedt:51

Pourtant, quelques cités continuent de frapper leurs statères en électrum bien plus tardivement comme Phocée (Ionie), Mytilène (Lesbos), Lampsaque (Mysie/Troade) et Cyzique (Mysie). Cette dernière n’étant même passée à l’argent que très tardivement, au IVème siècle av. J.-C..

Pendant la période archaïque, on compte plus de 1500 cités et 500 rois qui ont émis de la monnaie.

Au sein de la cité ou du royaume, seule la monnaie locale valait et l’on devait changer sa monnaie pour pouvoir y commercer. La ville ou le royaume prélevait alors un taux de change relativement élevé de 5% et s’enrichissait.

Monnaie Mysie

Cyzique, Statère, 550-450 BC, Contremarque, TTB, Electrum

Au revers des statères, le carré en creux est typique de l’époque archaïque. En revanche, à l’avers, les cités rivalisent d’imagination et créent de nombreux et multiples types d’inspiration diverse. Dieux, héros, animaux, scènes mythologiques… La seule limite créative est probablement celle du sommet de l’Olympe.

Lampsaque et Cyzique, en Mysie, ne font pas exception à la règle.

 

La cité de Lampsaque

Mythique Mysie
Située à l’est de la Troade et à l’ouest de la Mysie, actuellement en Turquie, la cité de Lampsaque (Λάμψακος) occupe une position stratégique, sur la rive sud de l’Hellespont (Détroit des Dardanelles), reliant la Propontide (de nos jours mer de Marmara) à la mer Egée.

Elle est notamment connue, entre autres, pour être le lieu de naissance du culte de Priape (plus tardivement que l'époque qui nous occupe ici cependant).

Son emplacement fort bien choisi lui permet de s’enrichir grâce au commerce. On y produit et on y exporte du vin. On y pêche également, notamment du thon et du maquereau. Et on y frappe bien évidemment, comme toute cité commerçante qui se respecte, de la monnaie.

Monnaie Mysie

Statère, 480-450 BC, Lampsaque, Rare, TTB, Electrum

Ici un statère en electrum avec, au revers, le carré creux quadripartite typique de l’époque archaïque. A l’avers, on trouve une figure mythologique gravée de manière absolument divine : un protomé* de Pégase (Πήγασος).

L’usage de cette figure, cheval blanc ailé né du sang de Méduse décapitée par Persée, n’est peut-être pas anodin (spéculation toute personnelle) dans cette région. Car s’il est le symbole de la ville de Corinthe et semble bien ancré dans l’imaginaire grec, il semblerait que la représentation du cheval ailé lui soit bien antérieure et nous vienne d’Asie puis a ensuite transité par l’Asie Mineure. 

En Eurasie, on le trouve ainsi représenté chez les Etrusques avec les chevaux ailés de Tarquinia ou bien encore chez les Tatars avec Tulpar, cheval ailé héros des contes kirghizes.

Mythique Mysie

*Protomé : buste humain ou partie antérieure d'un animal, employé comme motif décoratif. (Larousse)

 

La cité de Cyzique

Mythique Mysie

Située sur les rivages de la Propontide (de nos jours mer de Marmara), la cité de Cyzique (Κύζικος) se trouve au nord de la Mysie.

Un temps cité rivale de Byzance, elle fit partie de la ligue de Délos mise en place par Athènes.

La région est riche en ressources agricoles, halieutiques et minières. Tout comme à Lampsaque, on y produit également du vin et on y exporte du poisson en saumure ou encore du blé à Athènes. Moins glorieux, on y trouve également un marché aux esclaves.

D’un point de vue numismatique, Cyzique est une des cités les plus prolifiques. On compte pas moins de 270 coins différents recensés pour les avers des monnaies en électrum. Fait notable, l’atelier de ces monnaies est aisément identifiable malgré leur diversité grâce à l’emblème de la cité, un thon, présent dans le champ.

Monnaie Mysie

Statère, 550-450 BC, Cyzique, Rare, TTB, Electrum

Monnaie Mysie

Statère, 500-450 BC, Cyzique, Extrêmement rare, TTB+

Monnaie Mysie

Statère, 500-450 BC, Cyzique, TTB+, Electrum, SNG-France:222-3

 

Pour la postérité

En sus de la richesse créative de ces cités concernant l’émission de monnaies et le nombre pléthorique de types, on note de surcroît un art de la gravure qui confine à la perfection, à tout le moins à l’excellence.

Monnaie Mysie

Cyzique, Statère, 550-450 BC, TTB, Electrum, SNG-France:178

La gravure était réalisée à même le métal de la matrice, en relief et à taille réelle. Soit dans un espace plus que restreint : dans les 20 millimètres. Songez à la précision du geste nécessaire pour réussir ces gravures si belles que celles figurant sur ces monnaies et qui sont parvenues jusqu’à nous.

Il y eut, au XIXème siècle, quelques faussaires qui tentèrent de s’approcher de cette dextérité et de ce savoir-faire. Peu l’égalèrent.


Iconographie

  • "Athéna et Pégase" par Theodoor van Thulden (1654) (Domaine public)
  • Carte de la Grèce antique au Ve siècle av. J.-C. par O H 237 (2017) (Licence CC BY-SA 4.0)
  • "Héro et Léandre" par Pierre Paul Rubens (vers 1605) (Domaine public)
  • Chevaux ailés étrusques de Tarquin, photo de Paolo Villa (Licence CC BY-SA 3.0)
  • Marchand de thon peint sur un cratère de la Rome antique (380-370 av. J.-C.)

Sources

Sélection publiée le 26/07/2022