Top 11 des animaux sur les monnaies antiques

Temps de lecture : 8'36"

Emblèmes, mythes, symboles…

Pas de doute, qu’ils soient dieux ou mythes, emblèmes ou paraboles, effrayants ou puissants, luttant ou posant, immobiles ou en mouvement, les animaux sont omniprésents sur les monnaies antiques.

Voici un florilège non exhaustif des plus belles monnaies issues de l’Antiquité et représentant des animaux.

 

Goddess of Youth and Cupbearer Hebe and Eagle of Zeus

1 - L’AIGLE

De Zeus à Jupiter en passant par la Gaule

 

L’aigle est pléthorique quand on en vient à la monnaie antique. Il n’y est pas simplement royal, il représente le plus puissant des dieux. Il est Jupiter chez les romains et bien évidemment Zeus chez les grecs. Il est blason chez les Ptolémée égyptiens, emprunté à la Macédoine d’Alexandre le Grand, mais plane aussi du côté des Carnutes en Gaule, parfois tenant un serpent dans ses serres.

Aigle de Pergame

Bronze de Pergame (Mysie)

Aigle Septime Sévère

Tétradrachme Septime Sévère (Laodicée)

Aigle Ptolémée VI

Tétradrachme Ptolémée VI (Egypte)

Aigle des Carnutes

Bronze à l'aigle des Carnutes

On le retrouve également chez les Parthes pourtant farouches opposants des légions romaines dont l’emblème est… l’aigle. L’aigle antique symbolise force, succès et pouvoir.

Tout un programme.

2 - LE CHEVAL

La puissance, le courage et la force

 

Citons tout d’abord l’incontournable cheval macédonien dont le bige de Philippe II rappelant sa victoire aux Jeux Olympiques. Une amie me soufflait, lorsque je rédigeais cet article, qu’il s’agissait probablement d’un des premiers selfies de l’Histoire. On ne peut pas tout à fait lui donner tort… 

On pense également au Bucéphale d’Alexandre le Grand - et à la “copie” stylisée des gaulois, symbole d’une divinité solaire et de force militaire.

Bige de Philippe II de Macédoine

Statère Philippe II (Macédoine)

Cheval gaulois

Hémistatère des Aulerques Éburovices

On évoquera aussi la fondation de Carthage, lorsque sa reine Didon trouva, au pied d’un palmier, une tête de cheval, symbole de courage et - là encore - de force militaire. On notera également les figures mythologiques de Castor et Pollux accompagnées de leurs chevaux respectifs Xanthe et Cyllare sur les monnaies du Royaume de Bactriane.

Cheval de Carthage

Statère Carthaginois

Cheval du Royaume de Bactriane

Tétradrachme du Royaume de Bactriane

Et enfin - une parmi d'autres mais pas des moindres - la cité grecque de Larissa en Thessalie, réputée pour ses chevaux, qu’elle affiche donc sans complexe au revers de ses monnaies.

Thessaly Larissa

Drachm, TTB, Argent, HGC 4, 454

Qu’il soit grec ou romain, le cheval est habituellement associé au dieu Apollon et son char solaire.

3 - LE CRABE

Symbole très mer à rivière

 

Le crabe est un animal plus prosaïque dans ses représentations. Vous pouvez opter par exemple pour le crabe d’eau douce qui n’a pas le pied marin et prend ses quartiers dans la rivière Akragas. Ou bien encore le crabe de l’île égéenne de Kos (ou Cos), dans le Dodécanèse, qui est plus ou moins un pléonasme à lui tout seul puisque le nom de Κῶς serait dérivé de "karkinos" (crabe en grec ancien). On en rajoute donc une couche (ou plutôt une carapace) au revers des monnaies et médailles de l’île.

Monnaie Sicile

Akragas, Tetras, 425-406 BC, Agrigente, TB+, Bronze, HGC:2-140


Monnaie Îles de Carie

Cos, Tétradrachme, 285-258 BC, TTB, Argent, HGC:6-1308

4 - LA CHOUETTE

La connaissance, la sagesse et la perspicacité

 

La chouette est à la déesse grecque Athéna (Minerve pour les romains) ce que l’aigle est à Zeus : un symbole indissociable.

C’est donc en toute logique que la ville protégée par Athéna… Athènes (n’allons pas chercher Zeus sur le mont Sinaï) choisit d’orner le revers de ses monnaies de la figure de la chouette. Et par extension, on y trouvera également là toute la saveur philosophique d’une ville optant pour un oiseau incarnant la sagesse.

Monnaie Attique

Athènes, Tétradrachme, 500/490-485/0 BC, TTB+, Argent

5 - LE TAUREAU

Le printemps oriental

 

Tout comme l’aigle, le taureau, dans l’Antiquité, fut un animal fort prisé et fréquemment associé aux dieux, de l’Occident à l’Orient. On notera notamment Apis, le dieu taureau égyptien, le dieu indien Brahma et le duo taureau/lion associé à Shiva et Parvati.

Mais on compte aussi Héra en Grèce qui se partage le taureau au panthéon avec son époux Zeus, ainsi que Dionysos (Bacchus chez les romains). En Orient, on associait également parfois le taureau au printemps et le lion à l’été.

Monnaie Macédoine

Acanthe, Tétradrachme, 470-430 BC, SUP, Argent

L’interprétation du célèbre et splendide type du tétradrachme d’Acanthe (Macédoine) représentant la lutte à mort d’un lion et d’un taureau est sujette à caution. Plusieurs sources s’accordent toutefois sur une inspiration orientale prononcée (on pense notamment aux monnaies Lydiennes du VIIème siècle).

On notera également que les lions étaient bien présents à l’époque sur le sol macédonien et que des chasses y étaient organisées.

Monnaie Lesbos

Mytilene, Hecté, 377-326 AV JC, TTB, Electrum, HGC:6-1014

A admirer également cet hecté en électrum de Lesbos représentant Perséphone à l’avers et un taureau en train de charger au revers. Ce qui ne manque pas de sel si l’on considère que - selon la légende - le père de Perséphone (Zeus, excusez du peu) avait pris l’apparence d’un taureau pour séduire la mère de celle-ci, Déméter.

6 - LE LION

Le gardien solaire

 

Le lion est lui aussi très représenté. C’est une figure de gardien chez les grecs et les romains. On pense notamment à la Porte des Lionnes de Mycènes ou encore à la Terrasse des Lions de Délos.

Mais c’est sur les monnaies d’Asie Mineure que ce royal animal fait florès. A commencer par les monnaies venues de Lydie au VIIème siècle avt. J.C.. En effet, ce sont les premières monnaies grecques antiques connues. Celles-ci sont en électrum, alliage naturel d’or et d’argent, charrié par le fleuve Pactole. Parmi les types connus, le lion est en bonne place. Il est probablement représenté ici en tant que symbole solaire pour évoquer les rois lydiens.

Monnaie Lydie

Alyattes, Hémihecté - 1/12 Statère, 610-560 BC, Sardes, TTB

La monnaie de Lycie, également en Asie Mineure, est caractéristique avec son triskèle sur le revers et un masque de lion sur l’avers. La monnaie mysienne, quant à elle, impressionne par le style et la finesse de la représentation. Une obole pour un rugissement, à vot’ bon coeur. On n’oubliera pas également, plus “récent”, le très beau lion de la cité de Massalia (Marseille) en Gaule, sur ce drachme en argent.

Monnaie Lycie

Mithrapata, 1/6 Statère ou Diobole, Atelier incertain, SUP

Monnaie Massalia

Drachme, 125-90 BC, Marseille, SUP, Argent, Feugère &

En termes de symboles, le denier de la monnaie romaine est quant à lui plus simple à identifier quant à sa signification. Il s’agit en effet d’une représentation du célèbre lion de Némée, terrassé par Hercule.

Monnaie Poblicia

Denier, TTB, Argent, Babelon:9

7 - LE BÉLIER

L’or et la toison

 

Dans la Grèce antique, le bélier est rattaché à la notion de sacrifice et au mythe de la Toison d’or. Toutefois moins représenté que ses congénères animaux, on le trouve notamment au revers de certaines monnaies de la prolifique Lesbos, soit seul, soit à deux, toutes cornes dehors, front contre front.

Monnaie Lesbos

Mytilene, Hecté, 454-428/7 BC, TTB, Electrum, HGC:6-963var

8 - LE DAUPHIN

Les chevauchées de Neptune

 

Le dauphin est le sauveur des naufragés et des marins perdus, lien entre la terre et la mer. Très souvent attaché dans l’Antiquité à Poséidon (Neptune chez les romains). Les pièces de collection les plus anciennes sont les dauphins d’Olbia. Cette pré-monnaie, émise par la florissante cité celte d’Olbia sur les bords de la mer Noire, servait d’objet d’échange. On retrouve également le dauphin au revers des monnaies calabraises, chevauché cette fois par le fils du dieu Poséidon.

Monnaie Sarmatia

Olbia, Dolphin, 437-410 BC, Olbia, TTB+, Bronze, HGC:3-1879

Monnaie Calabre

Taras, son of Poseidon, Statère, 334 - 330 BC, Tarentum

Ephèse

9 - L’ABEILLE

Merveilleuse Ephèse

 

On trouvait à Ephèse l’un des plus importants sanctuaires antiques consacrés à la déesse Artémis. Le Temple d’Artémis figure d’ailleurs dans la liste des sept merveilles du monde.

Cette déesse grecque (Diane chez les romains) est associée à la chasse, la vie sauvage et la nature. Elle est notamment représentée par l’abeille qu’on retrouve sur les ornements du temple d’Ephèse. Tout comme la chouette athénienne, elle bourdonne donc en toute logique sur les monnaies de la cité Ionienne.

Monnaie Ionie

Drachme, Ephesos, TTB+, Argent

10 - LA TORTUE

Nager ou marcher, il faut choisir.

 

La tortue d’Egine est un brin plus mystérieuse que ses consœurs chouettes ou abeilles. Il s’agit d’une tortue que l’on trouve sur l’avers des monnaies de cette île grecque. Ici aussi on trouve la trace des plus anciennes monnaies grecques antiques, cette fois du côté européen. A l’époque (VIème siècle avt. J.C.), Egine est réputée pour ses arts, sa céramique et ses parfums.

Tout d’abord marine et très grossière dans sa gravure, la tortue évolue et devient ensuite terrestre à partir de -457 avt. J.C. lorsque l’île se soumet à Athènes. Le côté terrestre évoquerait la perte de l’hégémonie maritime de l’île. La tortue conserve toutefois sa carapace...

Monnaie Aegina (480-456 BC)

Statère, TB, Argent

Monnaie Statère

TTB, Argent, Sear:2600

11 - LE SERPENT

La guérison en sifflant

 

Cette fois, la civilisation romaine que nous avions un peu perdue en cours de route depuis l’envol de l’aigle, et souvent éclipsée par la flamboyance grecque, revient au centre du débat.

Mais avant cela, il nous faut évoquer la ville de Pergame et son sanctuaire dédié à Asclépios (Esculape chez les romains), dieu de la médecine. Autour de son bâton s’enroule un serpent. Le cistophore de Pergame reprend donc cette symbolique. Côté romain, comme souvent, peu d’animaux seuls mais moultes associations à des figures divines.

Monnaie Cistophore

Pergamon, TTB, Argent, BMC:121

Monnaie Claude

Aureus, 51-52, Rome, Très rare, TTB+, Or, Calicó :373, RIC:61

Ainsi se clôt ce tour d’horizon animalier de l’Antiquité.

Souvent, l’origine et la symbolique de ces représentations restent obscures même si certaines, telles que la chouette d’Athènes ou le crabe d’Akragas, le sont moins…

Cet article (ici) évoque toutefois quelques pistes intéressantes (purement théoriques cela dit) concernant l’astronomie.

Et quand on connaît la manie qu’avaient les dieux grecs de transformer tout héros ou déité décédé en constellation, cela n’aurait peut-être bien rien d’improbable...


REMERCIEMENTS

Merci à Aurélie-Anne pour l'idée du selfie de Philippe II de Macédoine aux Jeux Olympiques. 


ICONOGRAPHIE

  • "The Procession of the Bull Apis" par Frederick Arthur Bridgman (1879)
  • "Goddess of Youth and Cupbearer Hebe and Eagle of Zeus" par Louis Fischer (1827)
  • "Phaeton sur le char d'Apollon" par Nicolas Bertin (vers 1720)
  • "Eglise de San Biagio bâtie sur les ruines du Temple de Déméter (Agrigente)" par Serradifalco
  • "Little Owl and Scops Owl" par Archibaled Thorburn (1925)
  • "Lion" par Albrecht Dürer (1494)
  • "A Swaledale Sheep and Ram in profile" par William Taylor Longmire
  • Dauphins de Knossos
  • "Eracments at Ephesus" par Luigi Mayer (1810)
  • Illustration extraite du livre "Reptiles and birds. A popular account of the various orders" de Louis Figuier et Parker Gillmore
  • "Distels en een slang" par Nicola van Houbraken (vers 1700)

SOURCES

Sélection publiée le 23/04/2021
Article précédent
Le 50-50 d'Avril
Article suivant
Le 50-50 de Mai