Transports urbains

Temps de lecture : 2'48"

Puisque nous voici de force contraints à l'immobilité rêveuse du chacun chez soi tandis qu'un virus circule lui librement, passager clandestin indésirable, évadons-nous un peu...

The railway

De nos jours, nous prenons un billet ou une carte dans une machine. Billet ou carte qui nous octroiera le droit d'être transporté d'un point à un autre.

Qui un bus, qui un tram, qui un train...

Aussitôt acheté, aussitôt consommé, aussitôt jeté, le billet reste rarement dans nos poches au-delà d'un trajet. Pâle souvenir d'un voyage trop vite avalé, d'une considération esthétique peu propice à l'admiration.

Il fut pourtant un temps pas si lointain ou l'objet d'accès à son mode de transport favori se trouvait pourtant être doté de qualités conceptuelles bien plus amusantes, esthétiques, colorées, diverses et mémorables.

Et encore, quand nous disons pas si lointain, le dernier jeton de transport du métro de New-York circulât en 2003. Celui de Saint-Pétersbourg vous le propose toujours, d'ailleurs.

 

Quai de Paris et cathédrale de Rouen

Mais remontons à la source.

A la toute fin du XVIIIème siècle, vous pouviez échanger un jeton métallique de 5 centimes contre le droit inexpugnable (si, si) de traverser la Seine en barque à Rouen.

 

London Tramway

Au XIXème, vos horizons s'élargissent.

Vous pouvez alors sauter dans l'omnibus, tiré par des chevaux, opter pour la machine à vapeur et terminer dans un wagon, ou encore emprunter le tramway à condition de penser à le rendre...

 

 

Au XXème, le métropolitain se met à l'électricité et vous, vous devez franchir les tourniquets à l'ère industrielle.

L'usage des jetons de transport croit et se multiplie à travers le monde.

Que vous empruntiez sans distinction et selon votre localisation le rapid transit, l'underground, le subway ou encore le tube, votre jeton vous devrez posséder.

Avec la multiplication des lignes, des réseaux, des modes de transport, de pays en pays, l'apparence du jeton se fait protéiforme et créative.

 

ÉTATS-UNIS, GIBSON LINES, TOKEN

 

Aux Etats-Unis, on y trouve en vrac des creux, des cloches, des autocars, des trous, des lettres, des sigles, des sapins, des pommes, des églises (tout à fait), des locomotives, des télécabines... Ils sont en nickel, zinc ou laiton, lisses ou rainurés... Multiples et variés.

États-Unis Lehigh Valley Transit Company

Token

États-Unis Benton Harbor & St. Joe Michigan

Token

 

Ledit jeton est parfois même de forme peu évocatrice tel le jeton de l'Omaha and Council Bluffs Railway and Bridge Company qui pourrait éventuellement faire penser à un smiley très souriant creusé dans une tranche de pain de mie (oui, on va un peu loin et ça sent l'anachronisme, on vous l'accorde).

États-Unis Omaha & Council Bluffs St. Ry. Company

Token

 

Et pendant ce temps, à New-York...

On fraude ou on se fait arnaquer.

On fait avaler du papier au féroce tourniquet et votre précieux jeton en reste coincé. Vous passez au suivant, votre premier est récupéré par un indélicat l'aspirant avec sa bouche.

Méthode fort peu hygiénique (no comment) mais tout à fait efficace de l'indélicat maraudeur.

D'un autre côté, dans l'état voisin, le Connecticut, le jeton est moins cher. Mais il fait la même taille que le new-yorkais. Résultat, vous trompez le tourniquet et voyagez à moindre frais.

États-Unis New-York City Transit Authority

Jeton

États-Unis Connecticut Company

Token

 

Ticket de métro

Mais nous voici déjà arrivés à destination et de retour à notre pâle ticket.

Moderne, certes, mais bien moins distrayant, vous admettrez.

 

Image de une : "The subway" par Lily Furedi(1934)


Sources :

 

Sélection publiée le 18/03/2020
Thèmes de l'article :
Histoire Rétrospectives
Article suivant